Triangle Turnhout - Chimay - Manderfeld

Temps imparti : 46 heures (car c'est un triangle. Normalement, chaque diagonale en individuel, c'est 13 heures).

Temps réalisé : 39 heures 52 minutes.

Heures de selle : 23 heures 58 minutes, soit 24,97km/hr de moyenne.

Distance officielle : 575km. Distance parcourue : 598,3km

Dénivelés : 5677m avec correction (6185m sans correction)

1ère diagonale : Turnhout - Chimay

2ème diagonale : Chimay - Manderfeld

3ème diagonale : Manderfeld - Turnhout

Adepte depuis peu des diagonales, je me suis vite rendu compte que l'on passait bcp de temps à joindre le lieu de départ et repartir du lieu d'arrivée. Je décide donc de réaliser un triangle royal pour résoudre ce problème. Il  me suffisait de déposer mon véhicule au départ et de le rejoindre à l'arrivée. Après mures réflexions, et étant donné le délai supplémentaire accordé pour réaliser le triangle, je me décide à faire Turnhout-Chimay-Manderfeld-Turnhout pour plusieurs raisons :

1. Le peu de dénivelé en partant de Turnhout me permet de bien m'échauffer avant les dénivelés à venir.

2. La fin du triangle n'a pour ainsi dire pas de dénivelé et donc, même fatigué, ce sera plus facile de réussir le projet.

3. Le milieu du parcours est à 20km de notre région, ce qui me permettra de me reposer, bien manger (et finalement réparer 2 ou 3 trucs sur le vélo).

Je propose à quelques copains aimant les longues distances de se joindre au projet, mais la révélation tardive de celui-ci ne nous permet pas de nous arranger .... Ce sera pour une prochaine fois.

C'est donc seul que je roulerai ce petit périple.

Vendredi 19 septembre, je me réveille donc à 3 heures du matin pour partir en direction de Turnhout (2 heures de trajet en voiture). Sur place, je trouve des parkings de dissuasion à l'entrée de la ville : idéal pour y laisser son véhicule. Le temps de m'équiper, j'enfourche ma bécane direction le centre et trouve une plaque d'agglomération "Turnhout" pour mon premier contrôle : il est 06:10.

Le jour ne s'est pas encore levé et il y a un brouillard très dense. J'emprunte principalement des pistes cyclables qui passent au travers des bois et par les campagnes. A 07:05, je suis déjà au premier contrôle, Herentals. Le jour se lève enfin, je peux commencer à éteindre mes bougies car je ressemble à un sapin de Noël avec ma chasuble et tous mes phares. C'est une heure agréable pour rouler en Flandre car je croise beaucoup de cyclistes qui vont à l'école ou au travail. C'est dingue la différence à ce sujet entre le nord et le sud. D'accord, chez eux, c'est plat (quoi que, ça dépend où), mais les pistes cyclables sont tellement bien entretenues que l'on peut y laisser circuler ses enfants sans problème de sécurité. On y voit d'ailleurs les jeunes qui s'arrêtent et s'attendent aux points de jonction etc. Bref, ça m'a fait plaisir de voir qu'à l'époque d'internet, il y a encore de la communication réelle.

Dans un petit passage dans les bois, un écureuil passe à 10 cm de ma roue : je me dis que l'heure (le weekend) est à la prudence. Pourtant, après m'être arrêté à Leuven en passant dans le centre ville, je redémarre de plus belle et un gros Louvaniste tourne à gauche (au moment où je le dépassais) sans prévenir ... Je l'évite de justesse en enlevant une bonne partie de la gomme de mes freins. OUF !!!

Je continue donc mon petit bonhomme de chemin dans les campagnes limbourgeoises et file vers la Hesbaye. En cours de route, je me rends compte que je n'ai pas de timbre pour poster mes lettres de contrôle volant. Je m'arrête donc au point poste de Sint-Joris-Weert à 09:30 et me ravitaille en Postzegels. J'y poste également mon contrôle.

1/2 heure plus tard, je suis déjà à Wavre pour le deuxième point de contrôle. Je prends ensuite la direction de Sombreffe, toujours par les campagnes et m'arrête à Tamines pour manger mon dîner. Je prendrai ensuite de belles routes qui passent par Villers-Poterie (le village de ma compagnie lors de la Ste Rolende), Gerpinnes, Walcourt et ensuite toute la route des lacs de l'Eau d'Heure. C'est donc par Cerfontaine et Virelles que je rejoins la dernière étape de cette première diagonale : Chimay. Il est 14:25.

Devant l'AD Delhaize, un musicien avec un petit chien joue et discute avec les gens. J'en profite pour faire sa connaissance, il s'appelle Vincent et nous parlons de lui, de son instrument et ensuite de moi et de mon triangle. Je lui offre un fanta et nous mangeons un bout ensemble ... Je pense qu'être randonneur, c'est aussi parler avec les gens qui sont sur notre chemin, nous ne sommes jamais seuls ...

J'entame donc la deuxième diagonale à 14:55 et prends la nationale qui m'amène à Aublain, Boussu-En-Fagne et Petigny. A Petigny, je crève de la roue arrière dans la côte. J'avais hésité de changer de pneu avant le départ, j'ai eu tord de le garder. Je répare assez rapidement et me dirige vers Nismes, Dourbes, Treignes, Nalauge, Vireux-Molhain puis Givet. Et oui, ce triangle titille les frontières et se rendre tantôt en France, tantôt en Belgique me plaît bien.

De là, je prends la nationale direction Beauraing mais bifurque à gauche bien avant pour prendre des routes plus bucoliques vers Feschaux, Houyet, Hour, Jamblinne, Rochefort, premier point de contrôle. Il est déjà 18:30 et peu de commerces sont encore ouverts. Le Lidl fera l'affaire ...

Il me reste 1 petite heure de route pour me rendre à la chaumière à Achet (arrivée à 19:45) où je prendrai un bon bain, un tout bon repas chaud et une bonne nuit de sommeil.

Le lendemain matin, samedi 20 septembre, réveil pas trop tôt (06:00) pour remettre le vélo en état. Les routes mouillées et gravilloneuses voire sablonneuses l'ont fortement touché. Je change les pneus, nettoie le plus gros, graisse les pièces mobiles et reprends le chemin à 07:50. Je prends donc les belles routes condruziennes qui nous emmènent vers Maffe, Durbuy, Barvaux, Heyd, Manhay et Lierneux. Je manque cruellement de rythme (probablement trop dormi, hihihihi) et en profite pour prendre des photos car les vues sont splendides. Alors que l'Ardenne pointe le bout de son nez, me voici arrivé à Vielsalm à 10:35. Je m'achète quelques vivres à l'Eurospar et décide de manger à côté de la stelle de Sean Kelly pour me donner un coup de pouce. Mais malheureusement, malgré le magnifique paysage qui se dresse autour de moi, je traîne toujours la patte et ce sera ainsi jusqu'à Manderfeld. Arrivé à proximité du panneau, le déluge s'abat sur la route. J'ai juste le temps de me mettre sous un abris de bus et j'attends que ça se passe. Il est 13:20, plus rien n'est ouvert dans ce village du bout du monde, je prendrai juste la photo pour le contrôle. La deuxième diagonale est enfin bouclée et cela me donne du courage.

Il faut dire que j'envoie les photos au fur et à mesure via instagram et les copains qui me suivent ne sont pas avares de soutien (merci les potos).

Je prends ensuite la direction de Bullange, Butgenbach, Robertville, Sourbrodt pour rejoindre le point culminant de notre plat pays, le signal de Botrange, 694m. Ensuite, je redescends vers Jalhay (pas vu la Vierge ...) et La Gileppe pour rejoindre Limbourg, Dolhain et Welkenraedt, mon premier point de contrôle. Et là, entre Dolhain et Welkenraedt, je prends un orage sur le dos comme pas possible. Je mangerai donc un repas chaud (des pâtes) à Welkenraedt (16:00) pour me sécher (ce qui est possible) et ne reprendre la route que dans de meilleures conditions.

La pluie devenue fine, je me dirige vers les Pays-Bas en empruntant notamment toute cette belle région des Fourons. C'est également un régal pour les yeux, surtout qu'on descend encore et encore. Et oui, le gros du dénivelé est derrière nous et à part quelques bosses, la suite du parcours sera plus ou moins plat. Cependant, l'arrêt de la pluie étant éphémère en Belgique, elle reprend de plus belle et nous procure même un joli arc-en-ciel.

J'arrive enfin sur les piste cyclables hollandaises tant attendue et bardaffe, c'est l'embardée ... De forts écoulements de boues et le rejet des gravats sur les pistes font tombés plus d'un cycliste devant moi. Je ferai attention et resterai sur mon destrier en passant sur le côté. Je m'assure qu'il n'y a rien de grave, c'est OK, je repars.

Je prends ensuite la direction de Maastricht, Lanaken (oups de nouveau en Belgique), Zutendaal, et Genk pour rejoindre Helchteren, mon dernier contrôle sur le parcours. Plus grand chose d'ouvert, il est 19:18, je décide de remplir mes gourdes et de souper dans le cimetière. J'y rencontre 2 vieilles dames qui nettoyaient les tombes. On discute 5 minutes et puis je reprends ma route pour les derniers 65 km.

Je longe le canal et ensuite prends la tangente pour rester sur des petits chemins de campagne. Dans le noir, je suis de nouveau équipé de mon costume de sapin de Noël, il vaut mieux rester prudent.

J'arrive finalement à Turnhout à 22:00 et prends une photo au même endroit qu'au départ.

Prépa le matin

Prépa le matin

Avant le départ

Avant le départ

Photo de départ

Photo de départ

Photo de départ

Photo de départ

Herentals

Herentals

Herentals

Herentals

Herentals

Herentals

Ravel proximité Aarschot

Ravel proximité Aarschot

Ravel proximité Aarschot

Ravel proximité Aarschot

Leuven

Leuven

Leuven

Leuven

Leuven

Leuven

Leuven

Leuven

Leuven

Leuven

Leuven

Leuven

Sombreffe

Sombreffe

Ry jaune

Ry jaune

Chimay

Chimay

Vincent

Vincent

Vincent de Chimay

Vincent de Chimay

Givet

Givet

Rochefort

Rochefort

Rochefort

Rochefort

Heyd

Heyd

Heyd

Heyd

 

 

Pub pittoresque 2017 site ffbc